Nous manquons de héros… Par Didier Raoult

Notre pays a une histoire mêlant l’amour des grands hommes et la jalousie, aimant à la fois les héros comme Napoléon, au sens de Hegel, et les bourreaux des grands hommes, comme Saint Just.

Et si le malaise de la France et sa perte de repères venait de son manque de héros ? Ce qui est dû au peu d’intérêt qu’y portent les politiques et les médias.

Dans la recherche, la performance des physiciens est négligée malgré leur grand nombre de Nobel. La plus grande aventure de la physique du 21ème siècle, le projet ITER, n’est évoqué que pour son coût ! La réussite nucléaire française qui lui vaut d’utiliser moins de gaz, de pétrole ou de charbon et ainsi de moins polluer, fait enrager écologistes de droite comme de gauche.

Pour le reste de la recherche publique, la France manque de leaders. Plusieurs, parmi les meilleurs, sont partis à l’étranger du fait des freins en tous genres mis sur leur route. Ainsi, parmi les 3000 scientifiques les plus influents du 21ème siècle, classés par Thomson Reuters (à consulter sur highly cited.com) 69 seulement sont en France. La Suisse et la Hollande en ont autant ! Dans ce domaine, les nouveaux financements crées par le ” grand emprunt ” de Nicolas Sarkozy ou les ” investissements d’avenir ” de François Hollande ont relancé le financement du leadership, avec succès. Toutefois, au nom d’une égalité qui n’a ici pas de sens, beaucoup de forces œuvrent pour redistribuer les financements aux perdants, illustrant la formule de Victor Hugo : « les nains sapent en silence l’ouvrage des géants ». Chaque leader scientifique qui part de France est une perte de chance pour notre pays.

La France a donné, grâce a la création par de Gaulle de l’université libre de Vincennes, les penseurs les plus influents du 20ème siècle, et a obtenu le plus grand nombre de prix Nobel de littérature. Nous ne pouvons pas nous contenter aujourd’hui de la glorification des sportifs et des artistes. Il faut redonner à notre pays les moyens et la fierté de se doter de héros reconnus à l’internationale. Car, privés de « l’idée de la grandeur » comme le disait De Gaulle, les Français versent dans la pire des médiocrités.

 

Olivia Recasens

Conseillère éditoriale pour tous les développements (éditions, magazines et numérique) du pôle Culture et Connaissance au sein du groupe Humensis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *