Le modèle occidental face au « communautarisme » Par Didier Raoult

Le moteur de l’évolution humaine est l’imitation des dominants. Quand un peuple domine, les autres le copient. C’est vrai pour la langue, l’écriture, les vêtements et éventuellement les religions. Les « dominés » parfois changent leur nom pour leur donner une consonance française (les Debré par exemple, Aznavour ou encore Bruel),  adoptent des prénoms de notre religion (c’était encore obligatoire il y a peu de temps en France). Pendant des années la dominance de notre civilisation occidentale amenait naturellement les autres peuples à tenter de nous ressembler. Cela s’est traduit par une homogénéisation vestimentaire (Jean et T-shirt ou costume cravate) et linguistique, (un mauvais anglais est devenu la langue standard). A l’échelle locale, y compris en France, de très nombreuses langues ont purement disparues. Les sports occidentaux (football, basket ball…) ont envahi le monde et nos mœurs (dont la monogamie) ont été considérées comme universelles. Notre vision de la démocratie a tenté de s’imposer, y compris par la guerre.

Les cartes dominantes/dominées se redistribuent

Mais voilà que les peuples et les émigrants ont cessé de considérer que nous étions le but à atteindre, le sommet de l’évolution. Ainsi, des cultures différentes ont émergé, sans être pour autant ce que nous appelons du « communautarisme ». Le choc est d’autant plus dur qu’il révèle que nous ne sommes plus l’idéal, le modèle, mais la fin d’un cycle. Les cartes des civilisations dominantes/dominées se redistribuent. Le « communautarisme » est le témoin du désenchantement de la civilisation occidentale et l’annonce d’une mutation profonde à laquelle les rodomontades des politiques ne changeront rien. Dans mon laboratoire, à la faculté de médecine de Marseille, travaillent 154 étrangers. Ces étudiants veulent apprendre la science avec une énergie qui fait défaut à la plupart des étudiants européens, mais contrairement à ce que je voyais il y a 20 ans, ils ne s’habillent plus comme nous !

Olivia Recasens

Conseillère éditoriale pour tous les développements (éditions, magazines et numérique) du pôle Culture et Connaissance au sein du groupe Humensis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *