La GPA pourrait bien être la revanche des hommes… Par Didier Raoult

Grande absente des débats, une révolution scientifique et sociétale est pourtant actuellement en cours partout dans le monde, et elle nous concerne tous : celle de la reproduction.

Nous sommes passés d’un monde où la reproduction était en grande partie déterminée par les hommes, qu’il s’agisse des viols durant les guerres – une dimension dont on souligne peu les conséquences massives, ainsi encore assez récemment, à la fin de la seconde guerre mondiale en Allemagne après l’arrivée des troupes russes -, ou du « devoir conjugal ». Le contrôle féminin ne résidait que dans l’avortement dissimulé, avec l’aide de « faiseuses d’anges » qui risquaient la peine capitale, et cela a duré jusqu’à l’immédiat après-guerre. Ces avortements clandestins s’accompagnaient de septicémies souvent mortelles, à Clostridium perfringens, qui ont heureusement disparues. L’avortement légalisé est aujourd’hui décidée par la mère, qui maitrise ainsi toute la fertilité. Paradoxalement les pères involontaires, ceux qui ont un enfant malgré eux, n’ont pas le choix et doivent assumer une paternité non voulue. Régulièrement, la justice obligent ces pères à verser une pension alimentaire et parfois une amende au titre du préjudice moral.

Les femmes sans hommes, elles, peuvent se faire inséminer en Espagne ou par un amant pris au piège lui-aussi. Ainsi les hommes qui maitrisaient presque entièrement la reproduction peuvent aujourd’hui se retrouver totalement exclus du choix d’être père ou non.

La grossesse pour autrui va peut être corriger en partie cela. Des hommes, notamment des homosexuels mais pas seulement, en désir d’enfant, trouveront dans une société qui les prive de ce choix, la liberté d’avoir des enfants avec des femmes libres de le décider. Grâce à la GPA ou grossesse pour autrui. Ce que peu d’observateurs soulignent c’est que la GPA représente ainsi une liberté de féconder pour les hommes au XXIème siècle !

 

Olivia Recasens

Conseillère éditoriale pour tous les développements (éditions, magazines et numérique) du pôle Culture et Connaissance au sein du groupe Humensis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *